Vivre en temps de guerre

les guerres mondiales en Loire-Atlantique

Afficher Carte résistance sur une carte plus grande

Occupation à tous les étages

Colette Vivier. – La Maison des Quatre-Vents. – Casterman, 2012, 237 p.
[Le texte présenté dans cette édition a été revu et corrigé en 1991 par André Duval, le fils de l’auteure. Colette Vivier est une des grandes figures de la littérature jeunesse du XXème siècle. Dans ses romans jeunesse réalistes, elle livre la vie quotidienne dans un langage du quotidien et donne la parole à l’enfant. Un style qui préfigure d’autres ouvrages jeunesse tel Le Petit Nicolas de René Goscinny et Sempé].

Ecrit juste après-guerre en 1945, par Colette Vivier, femme de lettres et résistante *, ce livre sera le premier roman jeunesse à évoquer la vie quotidienne des français pendant l’occupation. Il le fait de manière originale, par le biais des habitants d’un immeuble parisien, situé au 24 rue des Quatre-Vents, entre Noël 1943 et la libération de la ville en août 1944.
A chaque étage se trouve ainsi croqué la vie d’un ou plusieurs personnages symboliques de la période et qui permettent d’en découvrir ses particularités : Madame Sellier dont le mari est prisonnier depuis 1940, et ses enfants ; M. et Mme Moscot, en fait Moscowitz, et leur fils, juifs polonais chassés de Lyon ; M. et Mme Gourre et leur deux fils, famille largement favorables aux allemands ; la concierge dont le fils a rejoint la France Libre ; la petite Solange qui espère fébrilement des nouvelles de son grand-frère entré dans la Résistance, …

Ainsi, ils nous font découvrir la BBC, le rationnement et la collaboration, la délation et les actes de résistance, les juifs et les prisonniers, les alertes, la peur et enfin… l’espoir d’une libération.

Fil conducteur de L’histoire, Michel Sellier, âgé de douze ans, souhaite agir pour venger son père prisonnier. C’est à sa hauteur et à son rythme qu’on avance dans le roman, aux hasards de ses activités et de ses rencontres.

A partir de 10 ans.

*réseau de résistance du musée de l’homme

Extraits :

"Des Allemands défilaient sur la chaussée, en poussant leur chants noirs, avec une sportive lenteur." p. 44

"Il se rattrapa en dévorant avidement son assiettée de topinambours, tout en écoutant Norette qui racontait les évènements de la matinée. Les bombes étaient tombées sur la banlieue, la veille au soir ; la boulangère avait une cousine qui habitait de ce côté-là, et elle avait eu bien peur pour elle." p. 70

" - Et alors ? Tiens, avec tous ces allemands qui défilent chez eux, est-ce qu’on sait ce qui peut se passer ? Ils peuvent nous découvrir mes parents et moi, me faire arrêter…

Michel écarquilla les yeux.

-Toi ? pourquoi ?

- Parce que je que je suis juif, dit Georges amèrement, parce qu’il parait que c’est défendu d’être juif ! Et pourtant, reprit-il avec violence, est-ce que je n’ai pas des bras et des jambes comme les autres ? Est-ce que je ne vais pas à l’école, comme toi ? Est-ce que je ne travaille pas bien ? " p.74

Ajouter un Commentaire


Partager cet article

FacebookTwitterLinkedinRSS FeedPinterest