Vivre en temps de guerre

les guerres mondiales en Loire-Atlantique

Rue Gaston Turpin. Membre des FTP

Plaque de rue

Traceur à l’usine des Batignolles, le militant communiste Gaston Turpin entre dans la Résistance comme membre des FTP (Francs-tireurs et partisans), branche armée du Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France.

Gaston Turpin participe à  plusieurs attentats, dont le sabotage du grand pont roulant des Batignolles, le 23 avril 1942, avec Auguste Chauvin, Raymond Hervé et Louis Le Paih.

Arrêté le 8 janvier 1943, il est l’un des 45 résistants  inculpés au procès dit « des 42 ». Il est condamné et fusillé au champ de tir du Bêle le 13 février 1943.

La mémoire du « procès des 42 » à Nantes

Parmi les 37 résistants fusillés, six ont donné leur nom à une rue nantaise : Eugène Le Parc, Gaston Turpin, Louis Le Paih, Claude Millot, Auguste Chauvin, Marcel Michel.

Si la mémoire des fusillés du procès des 42 est honorée dès 1946 avec la rue Gaston Turpin, aucune toutefois ne représente la mémoire des résistants espagnols inculpés au procès (cinq furent condamnés et fusillés : Blanco-Dobarro, Blasco-Matin, Gomez-Ollero, Prieto-Hidalgo, Sanchez-Tolosa).

Quatre de ces six dénominations datent de 2011 : les ruesLouis et Louise Le Paih, rue Claude et Simone Millot, rue Auguste et Marie Chauvin, rue Marcel et Marie Michel. Ces dernières attributions témoignent d’une évolution, par la prise en compte de l’action non seulement du résistant fusillé mais du couple de résistants. Outre le nom, le choix de leur emplacement dans la Ville est symbolique : ces rues desservent le monument aux fusillés du terrain du Bêle, qui commémore l’exécution d’une partie des 50 otages le 22 octobre 1941 ; Claude Millot, Auguste Chauvin et Marcel Michel sont fusillés au Bêle. Ces dénominations sont décidées dans le cadre du 70e anniversaire de l’exécution des 50 otages.

La mémoire du « procès des 42 » dans le musée d’histoire de Nantes

Depuis février 2006, la mémoire des fusillés espagnols est ravivée dans la presse locale, avec la pose d’une stèle sur le carré des martyrs du cimetière de La Chapelle-Basse-Mer, en Loire-Atlantique. À cette occasion, la plaque originelle de 1946,  portant le nom des fusillés et la date de leur mort, a été déposée au musée d’histoire de Nantes.

2006.5.1

---
Sources

CROIX Alain, sous la direction de, Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, PUR, 2007, p. 314-315, p. 323.

HAUDEBOURG Guy, LIAIGRE Franck, « La résistance communiste en Loire-Inférieure (juin 1940-juin 1944), Bretagne et identités régionales pendant la Seconde guerre mondiale, sous la direction de Christian Bougeard, p. 89-102.

LE BAIL Louis, « La Résistance », Saint-Jo et les Batignolles. Histoires d’un quartier nantais, Amicale laïque Porterie-Batignolles-Retrouvailles-Commune libre Saint-Joseph-de-Porterie, 2012, p. 211-218.

SAUVAGE Jean-Pierre et TROCHU Xavier, Mémorial des victimes de la persécution allemande, Nantes, avril 2001, p. 68.

Ajouter un Commentaire



Afficher les lieux de résistances sur une carte plus grande